Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 09:39

                             Le porte-parole du gouvernement a confirmé mercredi dernier à la sortie du Conseil des ministres que l'Etat devrait rembourser aux grandes entreprises ce qu'il a touché grâce à la taxe de 3% sur les dividendes. Cette dernière, instaurée en 2012, a été invalidée il y a quelques jours par le Conseil constitutionnel. Christophe Castaner a évalué le montant dû à 10 milliards d'euros. Cette contribution avait été mise en place peu après l'arrivée de François Hollande à la présidence pour compenser une perte de recettes budgétaires. Cette somme représente à elle seule 3% du budget 2017 soit plus que le déficit admis par Bruxelles. En fait, si on compte bien, monsieur Sapin qui annonçait triomphalement avoir réduit le déficit à 3% nous a caché un déficit réel de 6% …

 

                            À compter du mois d'octobre, les aides personnalisées au logement (APL) vont baisser de 5 euros par mois et par foyer et rapporter au budget de l’Etat moins de 200 millions par an. Cherchez l’erreur…

 

                            Macron peut encore remercier les socialistes pour l’héritage, auquel, soit dit en passant, il aurait participé comme proche de Hollande.

 

                           Notre pays est fou, souvenons-nous du récent fiasco de la taxe poids lourds qui a coûté très cher, trop cher et qui relève du même raisonnement socialiste. Notre dette ne cesse d’augmenter. Son coût correspond à 60,3% du déficit budgétaire pour 2017 (69,3 milliards d’euros), soit le deuxième poste de dépense du budget de l’Etat (10,9%) après celui de l’Education nationale (18,4%) … Et encore, nous profitons de taux de marché très faibles qui, selon tous les économistes, vont remonter dès 2018. Très rapidement le remboursement de la dette devrait devenir le premier poste de dépenses du budget de l’Etat.

 

                          Et, je vous en colle mon billet, pour ne pas compromettre l’exécution de son programme, le gouvernement va réussir à sortir de cette mauvaise position en empruntant ce qui va manquer. Notre dette va donc augmenter …

 

                  Les messages actuels envoyés par le gouvernement sont antagonistes : suppression de l’ISF, fiscalité favorable aux riches rentiers ne sont pas de nature à suscité l’adhésion des français …  

                          

                           Attention monsieur Macron !!! N'oubliez pas que vous nous aviez promis une réduction drastique des dépenses publiques et non des usines à gaz fiscales ...

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 21:37

        

 

 

 

             Soumise régulièrement à controverse, la réserve parlementaire allouée aux députés et sénateurs est peu connue des citoyens, conséquence d’une existence très longtemps dissimulée et d’un fonctionnement pour le moins opaque et discrétionnaire. La Cour des comptes elle même s’est émue des "dérives clientélistes" de ce système. 

 

              Il a fallu attendre l'acharnement d'un professeur de mathématiques de Lot-et-Garonne, Hervé Lebreton, pour en obtenir la publication. Jusqu’en 2013 cette réserve n’était pas publique. Il aura fallu toute la pugnacité de ce citoyen pour que l’utilisation de cette réserve soit désormais publiée par le site des deux assemblées. Non sans mal vous vous en doutez, ces gens ont, en ce qui concerne leur statut, la passion du secret !

 

             La réserve parlementaire est une enveloppe de subventions, allouée de manière annuelle aux députés et sénateurs, afin qu’ils puissent soutenir des associations et participer au financement de projets de collectivités locales. Cette dotation est pratiquement égalitaire, chaque député disposant d’une enveloppe de      130 000 euros. Echappent à cette règle les «ténors», ainsi monsieur Bartolone a disposé d’une enveloppe de plus de 500 000 euros (charité bien ordonnée …) La commune du Perreux-sur-Marne a reçu 350 000 euros de la part de son maire, le député Gilles Carrez, président de la Commission des Finances. Il avait déjà donné 500 000 euros à sa ville en 2013.

 

                  Il n’y a pas de critère d’attribution, pour les associations et pour les collectivités locales, elle peut donc servir à soigner le clientélisme …

 

                 Je me suis ainsi attaché à découvrir l’emploi de cette «réserve» par monsieur Lemasle député de la 7° circonscription de la Haute Garonne, président de la Communauté de communes du Volvestre.

 

           La 7° circonscription compte 7 cantons pour une population de 128 000 habitants. Dans ces conditions la réserve est, en moyenne, de 1 euro par habitant. Vous allez le constater, nous sommes bien loin des valeurs du Parti Socialiste si soucieux d’équité.

 

 

Bénéficiaires :

             


"Le Tracteur" - Compagnie Beaudrain de paroi        Cintegabelle

                3000 € 

  
 

Amicale Sportive Montesquieu - Section Rugby      Montesquieu Volvestre

             5000 €

 

Association Compagnie Monsieur Madame              Montesquieu Volvestre

             4000 €

 

Association Patrimoine et Paysages en Volvestre     Saint Chistaud                        

            2 000 €

 

Association Prix du Jeune Ecrivain                            Muret

            3 000 €

 

Commune de FROUZINS                                           Frouzins

          15 000 €

 

Commune de MONTESQUIEU-VOLVESTRE        Montesquieu Volvestre

           85 000 €

 

SIVOM de MONTESQUIEU-VOLVESTRE            Montesquieu Volvestre

           8 000 €

 

Volvestre Basket Club                                                 Montesquieu Volvestre

           5 000 €

 

                                                                      Total                       130 000

 

         En y regardant de plus près on constate qu’avec 107 000 euros les habitants de cette commune ont consommé 82,3 % de la réserve de ce parlementaire.

 

          Ainsi la somme rapportée à l’habitant (3112 habitants pour Montesquieu chiffres INSEE) est de 35 euros par habitant,  soit 35 fois supérieur à la moyenne.

 

        La commune de Montesquieu Volvestre qui a perçu a elle seule 65% de la dotation l’a utilisée pour les dépenses suivantes :

 

         Equipement sportif halle des sports de Bonzoumet,

         embelissement église Saint-Victor,

         acquisition parcelles de terrain au lieu-dit "la loubère" et une de "la garière",

         achat de mobilier, de matériel informatique et d'une auto-laveuse

 

        Particulièrement bien soignés les Montesquiviens avaient donc toutes les raisons de réélire monsieur Lemasle maire.

 

         A ce niveau de ridicule je pense qu’il est inutile d’en rajouter, sauf à demander à nos élus pourquoi la Communauté de communes dont monsieur Lemasle est président n’a bénéficié d’aucune aide alors que son rôle est reconnu comme prépondérant dans le Volvestre.

 

          Comprenne qui pourra ? Non, comprendra qui voudra …

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 13:49

 

             La semaine dernière, l’hebdomadaire Marianne publiait une estimation du montant de la retraite de François Hollande qui représenterait une somme de 36.000 euros par mois.

 

           Très vite, l’Elysée a démenti par la voix de Sylvie Hubac directrice de son cabinet, qui a déclaré : "en supposant que François Hollande demande le moment venu la liquidation de toutes les pensions auxquelles il a droit", c’est "une dotation mensuelle de 15.114 euros nets qu’il recevra" Pas mal, quand même, pour une dotation !!! Il est vrai qu’on ne parle pas ici de retraite mais de dotation, hors de question de mélanger les serviettes et les torchons! Beaucoup de français aimeraient eux aussi voir leur retraite ainsi transformée en simple dotation !

 

             François Hollande additionnera, selon la porte parole de l’Elysée :

 

                       - 3.473 euros nets mensuels de retraite venant de la Cour des comptes,

 -  235 euros nets comme ancien élu local,

- 6.208 euros nets par mois pour sa retraite de parlementaire,

- 5184 euros pour sa fonction de président de la République,

- un capital de 545 euros versé en une fois à raison de ses activités d’enseignement - 68 euros nets annuels pour ses activités d’avocat.  

 

               Comme tous les «Français de droit commun» je m’interroge sur les cumuls bizarres conduisant à cette situation privilégiée.


               L'article 25 de la loi du 13 juillet 1983 pose le principe général applicable à tout fonctionnaire, titulaire ou non: « Les fonctionnaires et agents non titulaires de droit public consacrent l'intégralité de leur activité professionnelle aux tâches qui leur sont confiées » 0r, si on consulte la biographie de monsieur Hollande, on constate qu’il n’a exercé en qualité de conseiller référendaire à la Cour des comptes que de 1984 à 1988 soit quatre années.


              Rappelons son parcours :


              De 1983 à 1984 il est directeur de cabinet des ministres Gallo et Dumas et devient ensuite Président du club Pierre Mauroy.


             En 1984, il devient conseiller référendaire à la Cour des comptes (retraite nette 3473 euros mensuels). 


             Aux élections législatives de 1988, qui font suite à la réélection Mitterand, il est élu député de la première circonscription de la Corrèze.


                De 1988 à 1991, il est professeur d'économie à l'Institut d'études politiques de Paris.

            

                En 1993, il perd son mandat de député. Il prend la présidence du club «Témoin» de Jacques DELORS qu'il conserve jusqu'en 1997.


                 En 1997, après la victoire de la gauche plurielle, François HOLLANDE retrouve son siège de député de la Corrèze et devient premier secrétaire du parti socialiste. Il conserve ce siège jusqu’en 2012.


               Sauf erreur de ma part monsieur Hollande n’a donc exercé à la Cour des comptes que de 1984 à 1988. Ainsi «monsieur le Président» (né en 1954)  aurait acquis, en 4 ans d’exercice, et dès l’âge de 34 ans, une retraite de 3 473 euros nets mensuels !!!


              Cela s'explique par le détachement. Un fonctionnaire peut être détaché de son corps d'origine par exemple s'il devient membre du gouvernement, de l'Assemblée nationale, du Sénat, du Parlement européen ou pour effectuer un mandat local. Pendant cette période, il est rémunéré dans le cadre de son nouvel emploi, mais il continue de bénéficier de son droit à l'avancement dans son corps d'origine et de ses droits à la retraite. Un peu comme si un salarié du privé cumulait, sans cotisation supplémentaire, ses droits à retraite chez deux employeurs à la fois.


              Voilà une proposition démagogique alléchante qui manque dans le programme du PS !


             Si on ajoute, en outre, que jusqu'en novembre 2010, les députés pouvaient profiter de la règle de la double cotisation, qui leur permettait de cotiser doublement à leur caisse de retraite lors de leurs trois premiers mandats de 5 ans à l’Assemblée (5 ans = 10 ans de retraite), on frise la comédie. Un député ou un sénateur pouvaient donc cotiser 22,5 ans pour obtenir une retraite complète, contre plus de 40 ans aujourd'hui pour un salarié lambda.


             Bruno Le Maire est élève de l'ENA comme François Hollande et beaucoup d'autres. Son corps d'origine est celui des conseillers des affaires étrangères au quai d’Orsay. Il en a démissionné en 2012. Pour montrer l'exemple et faire cesser cette bouffonerie, il a déposé une proposition de Loi pour que députés et sénateurs soient obligés de démissionner de la fonction publique une fois élus au Parlement. Cette proposition n’a jamais été étudiée, pas plus que celles de messieurs Wautiez et de Villiers également députés, demandant l’alignement de la retraite des parlementaires sur le régime général !


              Les salariés ayant travaillé 42 ans pour 1200 euros de retraite par mois apprécieront.


             Certes les hommes politiques ont pour habitude de se concocter des règles en or, mais, quand même, comment monsieur Hollande, «Président normal» peut–il affirmer être, fondamentalement, l’ennemi déclaré de la Finance puisqu’il va recevoir une retraite digne des grands capitaines du CAC 40, lui qui, en outre, n’a jamais pris le moindre risque financier ? Comment ose-t-il déclarer être choqué par les «retraites chapeau» ?


               Comment peut-il prétendre être de Gauche et lutter contre les inégalités lui qui comme député profitait en plus de tous les avantages cités ci-dessus, d’un régime fiscal favorable aux parlementaires leur permettant de ne payer que 50% de l’impôt sur le revenu (cf le Canard enchaîné) ? Doit-on évoquer en outre leur indemnité représentative de frais d’un montant de 6412 euros bruts mensuels non imposable ? Doit on évoquer enfin les différents moyens pratiques mis à la disposition d'un député : en matière de déplacement, il bénéficie notamment d'un accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1ère classe et de la prise en charge de 80 déplacements aériens par an entre Paris et sa circonscription. Il dispose également d'un bureau individuel au sein du Palais Bourbon ou de ses dépendances. Chaque député bénéficie de la prise en charge de ses frais de communication (Internet, téléphone, courriers, ...). Inutile d’en rajouter en évoquant la buvette ou la cantine d’un attrait qualité prix incomparables …


              Nul doute que, complice de ces excès insupportables monsieur Hollande est un homme de gauche comme je suis un  pygmée d’Afrique tropicale …


 

                  Pour une fois les politiques se font peu «diseux», ses opposants Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen ne semblent pas choqués. Sarko démontre qu’on peut être président d’un parti politique et continuer de faire prospérer «sa petite entreprise». En effet, l’ancien chef d’Etat n’a pas abandonné ses très lucratives conférences qu’il donne à l’étranger. Le 6 décembre dernier, c’est à Doha, au Qatar, que le chef de l’opposition s’est rendu. Quant à Marine Le Pen qui met rarement les pieds au Parlement Européen, elle touche 11.000 euros nets fixes  par mois majorés, pour chaque jour de présence aux réunions des organes du Parlement (c’est à dire faire son métier), d’une prime supplémentaire de présence forfaitaire de 304 euros. Quant à son père Jean-Marie Le Pen il ne fait pas son travail de parlementaire. Il est classé, selon sa présence et son nombre de votes au Parlement européen en 720e position sur 754 eurodéputés.

                      

                 Terminons en par Sarkozy ou Giscard qui, refusant de siéger au Conseil constitutionnel perçoivent 13 527,78 euros bruts par mois la boucle est bouclée. Combien de temps encore allons nous accepter un tel affront, une telle provocation à l’endroit de ceux qui se lèvent tôt comme disait Sarko ?


                Les élections venues, le citoyen aura le choix entre les  profiteurs d’un système politique éreinté ou préférer la pêche à la ligne. Nos élus hypocrites mais trop contents d’être réélus se déclareront une fois encore «préoccupés» par l’abstention massive se promettant un jour de remettre de l’ordre dans la maison France …


                 Un jour oui : mais quand ?

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 12:16

               

                     Selon René Dosière, député apparenté PS, les salaires dans les cabinets ministériels ont augmenté de 7,1 % depuis un an "alors que le gouvernement impose aux Français des efforts de rigueur".


                La rigueur, ce n'est pas pour tout le monde. Alors que les membres du gouvernement défendent un budget de rigueur, l'heure n'est pas encore à l'austérité dans les cabinets ministériels. Selon le député apparenté PS René Dosière, qui s'est fait une spécialité de la traque des dérapages des finances publiques, les salaires versés par les ministres à leurs conseillers se seraient envolés cette année. Certains conseillers sont mieux payés que leur ministre


                     Entre 2013 et 2014, leur rémunération aurait ainsi augmenté de 7,1 %, pour s'établir à 8 201 euros brut auxquels s'ajoute une prime mensuelle (pudiquement baptisée "indemnité"), d'un montant de 2 235 euros. Bref, un salaire mensuel de 10 500 euros quand le salaire moyen net en France atteint tout juste 2128 euros. "Ces hausses sont choquantes, alors que le gouvernement impose aux Français des efforts de rigueur» s’emporte Dosières sur son blog. Mais le plus étonnant pour le député, est que, dans 19 des 31 ministères, la rémunération moyenne des conseillers est supérieure à celle du ministre, fixée à 9 940 euros bruts. Il est vrai qu’entre couples formés de ministres et de conseillers tout ceci n’a pas grande importance…


                   Nouvelle trahison du pouvoir de gauche, affront scandaleux fait aux autres français» qui rament, voilà un nouveau cadeau fait à Marine.


                    Talleyrand disait : «on peut violer les lois sans qu’elles crient» ce que ne cesse de faire la clique au pouvoir dans une France de la «pensée unique», mise en coupe réglée par une Enarchie qui a confisqué tous les pouvoirs.


           Jacques Julliard éditorialiste de talent propose aux députés socialistes de mettre en application quelques idées conformes à LEURS principes avant le crash :


              1 Placer l’indemnité parlementaire sous conditions de ressources.


               Vous, députés socialistes venez de le faire à propos des allocations familiales. Pour être crédibles appliquez à vous mêmes vos grands principes. Il y a parmi vous des riches et des moins riches, doivent ils tous percevoir plus de 17 500 euros par mois ?  Qu’en pensez-vous ?


                           2 Assurer l’égalité sociale entre les élus


                  La sous représentation populaire au Parlement (ouvriers, employés, commerçants, artisans …) est scandaleuse, elle profite au Front national. Que pensez vous de l’idée d’une représentation réelle des catégories de français telles que l’INSEE la présente ?

 

                            3 Décider la non-réégibilité des élus


                     La professionnalisation de la classe politique c’est ce qui conduit à se constituer en une caste hermétique qui monopolise tous les pouvoirs. Seul un non-renouvellement des sortants par une rotation des hommes permettrait de mettre fin à l’entre-soi politique. Et surtout n’invoquez pas le faux prétexte que l’élection d’élus sans expérience conduirait le pays à la ruine, c’est ce que, vous, les «Pros» avez fait depuis plus de 30 ans !!! Les assemblées qui ont fait avancer la France en 1789, 1848 ou 1964 étaient précisément composées de novices…


              4 Ouvrir la profession politique à la concurrence comme les notaires, les huissiers, les pharmaciens …


               Contrairement aux apparences, la politique est devenue une profession réglementée dominée par les monopoles. Il faut y organiser une concurrence véritable et non faussée.


                5 Dissoudre les partis politiques actuels, à commencer par le PS au pouvoir


                  Les partis ont été créés pour servir de trait d’union entre le peuple et les élus, ou, comme on disait sous la Révolution, de lien entre citoyens actifs et citoyens passifs. Or, de trait d’union ils sont devenus des obstacles majeurs à la démocratisation de la société. Ils ne sont même pas capables de déceler leurs propres brebis galeuses ou de respecter les règles constitutionnelles de financement des campagnes électorales (Cahuzac, Pygmalion). Pire encore, ils sont capables, comme à l’UMP, d’organiser l’exonération fiscale de leurs généreux donateurs.


             Il faut qu’ils dépérissent pour laisser place à des formes politiques nouvelles.


             © Rien de révolutionnaire dans tout cela. Pas de comité de salut public, pas de guillotine.


                © Rien qu’une petite nuit du 4 août pour l’abolition des privilèges politiques.

                 © Rien qu’un dernier recours avant la sortie de route mortelle pour notre pays.


             Quel candidat osera en faire son programme pour 2017 ? S’il souhaite le faire il va devoir prioritairement régler le problème du recrutement de ses Conseillers. 

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 19:25

 

           Avec l’abandon de l’Ecotaxe nous avons touché le fond. Nos gouvernants viennent de démontrer, une fois de plus, qu’ils ne sont pas capables de soigner la France, capitulant devant la première difficulté, envoyant, de surcroît, un désolant message à tous les défenseurs de corporatismes désuets et égoïstes. Qui peut croire que demain la réforme destinée à défendre le pouvoir d’achat des français en réduisant l’appétit de certaines professions libérales sera encore d’actualité ? Personne !!!

 

                       Ce scandale d’Etat car s’en est un, va coûter beaucoup plus cher que les mesures de réduction des aides destinées aux familles qui font tant hurler. C’est décidé, on ne touchera ni à l’un ni à l’autre, on empruntera quelques milliards de plus et nous continuerons de nous effondrer sous les yeux de nos partenaires Européens  qui ont de plus en plus de mal à supporter les incohérences de notre politique à la Gribouille. Plus attristant encore c’est que cette décision d’abandon a été prise par le ministre sans consultation du Parlement qui avait voté la taxe à l’unanimité. Deuxième message intolérable…

 

           Ecomouv, le prestataire de service percevra ses indemnités de rupture, la France perdra chaque année 700 millions de recettes mais l’auteur de cette ânerie ne sera jamais inquiété. C’est beau le Service de l’Etat !

 

                       Et demain, Moscovici, ancien ministre des finances français va t-il condamner comme commissaire européen la France à quelques milliards d’euros d’amende puisque la France ne respecte pas ses engagements de réduction des déficits ? Rien de bien grave, on les empruntera !

 

                       Heureusement pour nos politiques de droite ou de gauche, le ridicule ne tue plus. Tous déclarent n’avoir qu’un ennemi : le FN et pourtant ce sont ses meilleurs propagandistes.

 

                       Ce matin, face à Bourdin, Ségolène était mal comme jamais, elle sait que l’avenir du gouvernement s’assombrit et que les couacs vont reprendre chacun voulant sauver sa peau avant le naufrage annoncé.

 

                       Une fois encore on essaie de trouver la solution en tentant d’imaginer une nouvelle taxe, celle de mettre en cause les sociétés concessionnaires des autoroutes mais, comme l’a indiqué Sapin ça va être difficile car les contrats sont blindés. De toute manière c’est l’usager qui paiera il en a l’habitude …

 

                       Pauvre France tout fout le camp il n’y a plus de pilote dans l’avion. Mais, dormez tranquilles, Moscovici «émarge gras» et ne sait pas ce que sont les impôts français et le prix des autoroutes au moins lui a trouvé un bon job.

 

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 18:29

              Nouvelle Raffarinade qui ne manque pas de saveur sur la forme mais qui n‘interdit en rien de s’interroger sur le fond

               Edouard Martin-vient d’être désigné tête de liste par le PS pour conduire la liste de gauche aux élections européennes. Ce serait pour sauver une industrie française en péril, à laquelle il est tant attaché, qu'Édouard Martin souhaite aujourd'hui «continuer le combat au niveau européen».

            Je me souviens encore du jour où, submergé par la  colère il plante son regard d'acier dans une caméra de télévision et choisit de s'adresser directement à François Hollande, sanglots dans la voix : «Nous allons être votre malheur si vous ne cessez pas votre mensonge!»

                        Et encore,  rappelez-vous ce que disait encore Edouard Martin à propos du pouvoir socialiste, en 2012 : "On avait cru atteindre le comble du cynisme avec Sarkozy. Eh bien, on n'avait pas encore atteint le paroxysme ! On a deux ennemis maintenant : Mittal et le gouvernement ! (…) Il n'y a qu'Ayrault et les imbéciles pour croire Mittal. Soit Ayrault est un imbécile soit il est complice".

                  Sa reconversion opérée en moins d’un an donne toute sa valeur au vieil adage qui veut que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. Qui est l’imbécile ?  Qui l’a poussé à accepter, une fois élu, de rejoindre le groupe socialiste au Parlement européen et de voter, demain, avec ses ennemis d’hier ?

 

      Au moins il partage avec Hollande et Ayrault, une qualité indiscutable : celle de ne pas être rancunier …

 

               Quant au PS qui voit le FN chassé sus ses terres il fallait bien qu’il donne des gages aux ouvriers.

 

               Trahison de Martin attiré par l’odeur de la soupe ? Pari risqué du PS qui ravale au rang de numéro deux de la liste Catherine Trautmann, députée européenne sortante et ancienne maire de Strasbourg, jusque-là pressentie pour conduire la liste socialiste dans le Grand-Est ?

 

             Dans quelques mois tout le monde aura oublié cette tartufferie et, dans quelques années, Martin sera fossilisé dans le magma politique … il aura oublié le terme même de licenciement.


            Sa reconversion, pourtant, est perçue comme une «trahison» dans les rangs de l'ancienne intersyndicale d'Arcelor, où certains, à l'instar du leader FO Walter Broccoli, dénoncent depuis longtemps sa vision trop «personnelle» et «politisée»


           Le cirque politique continue de nous servir un triste spectacle et risque fort de ne plus attirer beaucoup de spectateurs …


           Arcelor peut fermer : Edouard Martin est recasé. Ce sont ses camarades de  combat qui vont être contents de sa promotion sociale !!!

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 18:32

Hier j’ai regardé sur la chaîne parlementaire l’émission sur les questions au Gouvernement. Habitué aux jeux du cirque je n’en attendais pas grand chose mais, cette fois, nous sommes vraiment tombés dans la médiocrité absolue. Les évènements récents, la mort de deux soldats français, exigeaient un peu plus de tenue.


                Le grand show parlementaire du mercredi qui captive les retraités comme le fait le samedi soir «le grand cabaret» va se dérouler devant les caméras. Le Président de l’Assemblée, escorté de "ses" huissiers en tenue de pingouins, sort de ses appartements privés salué par la garde républicaine et va rejoindre le perchoir, son siège lui est présenté par un huissier délégué.

Quel spectacle consternant que cet affront permanent à un état qui se veut, paraît il, simple, juste modeste et économe et qui demande tant de sacrifices aux français …  Quand le Président rentre dans l’hémicycle c’est, paraît-il, au nom de la représentation nationale … le décor s’impose, même s’il doit s’identifier à de vieilles pratiques monarchiques. Personnellement je trouve ce spectacle d’un anachronisme désopilant mais plus encore choquant.

La politique se transforme immédiatement en Comedia del Arte et toute la troupe de nos députés s’offre, avec grand plaisir, un vrai moment de théâtre politique. A la sortie tout le monde commente et tente de retenir la fameuse «petite phrase» qui peut vous faire entrer dans la postérité médiatique.

 

                  Il est vrai qu’en pensant à "nos"  80 milliards d’euros de déficit annuel la France n’a pas à se priver pour des frivolités de l’espèce. La grandeur rien que la grandeur pour les gouvernants, les larmes toutes les larmes pour le Peuple.

 

                  En fait Bartolone, l’homme de gauche, trouve tout ceci très bien, tout comme Hollande quand il voyage dans le Sarko one qu’il a tant décrié. Quant aux députés ils ne trompent plus personne ce qui ne les empêche pas, bien que disqualifiés par une majorité de français, de continuer leur Guignol fort rémunérateur.

 

                  La composition humoristique des listes aux élections européennes, les manœuvres parisiennes de l’UMP, les contorsions des Verts ne sont pas mobilisatrices pour l’électorat. Mais, même si dans leur rôle habituel nos politiques ne manqueront pas de dénoncer une abstention massive, ils ne se remettront pas pour autant en cause, ils reprendront leur spectacle et leur boulot «d’intermittents» si bien rémunéré et à continuer de se foutre de notre G…

 

                  Droite ou Gauche au pouvoir rien n’est trop beau pour notre petit monde politique qui ne cesse de se ridiculiser par des comportements partisans. Etait il besoin par les temps qui courent d’envoyer deux Falcon chez Madiba pour ménager le simple ego de deux hommes ?

                 

                  Depuis près de cinquante années ma voix n’a jamais manquée au PS mais c’est terminé, il m’a trahi. Il me reste donc le vote blanc, le choix Mélanchon et le «tous dehors»  ou l’artillerie lourde des désabusés : le vote Marine.

 

                  Voilà mesdames et messieurs les parlementaires le choix que vous me laissez, il n’est pas flatteur pour vous.

 

                  

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 17:35

 

 

JE VIENS DE RECEVOIR SUR MA BAL LE MESSAGE SUIVANT QUE JE N'HESITE PAS A VOUS FAITER PARTAGER

 

 

Souvenez-vous du 1er novembre 1993. A cette date entrait en vigueur le traité de Masstricht, du nom à la petite ville néerlandaise où il fut signé. Rallié de justesse par un référendum en France, il jetait les bases de la création de l'euro. Il est resté célèbre pour ses fameux critères en matière de déficits publics et de dette, qui n'ont jamais été respectés.

Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

« Si le traité était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL).

« L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois »(Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche).

« Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France).

« Les droits sociaux resteront les mêmes — on conservera la Sécurité sociale — l’Europe va tirer le progrès vers le haut » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2).

« Pour la France, l’Union économique et monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter).

« C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune).

Et pendant que l’économie Française s’écroule par pans entiers la Commission européenne vient de publier un « rapport technique » de 60 pages sur la consommation d’eau des toilettes. « Avec plus de 26 millions de chômeurs dans l'UE, la CE a décidé de se concentrer sur la question essentielle de notre temps – la chasse d’eau des toilettes et des urinoirs. Ces gens se moquent de nous, cela dépasse la parodie ». (Derek Clark eurodéputé Britannique Lincolnshire Echo 29 octobre 2013).

C’est la m****e partout en Europe mais je suis rassuré les eurodéputés surveillent le niveau de la chasse d’eau !!!

Bon dimanche

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 21:33

 

                Ce n’est pas moi qui le dit mais l’Observatoire UNPI des taxes foncières sur les propriétés bâties pour la période 2007/2012.

 

           L’observatoire UNPI des taxes foncières realise ses estimations à partir de données issues du site internet de la Direction générale des impôts. Ses chiffres sont donc incontestables.

 

          Les communes membres de la Communauté de communes du Volvestre «cartonnent» et se placent largement en tête du palmarès des plus fortes hausses du département. Vous pourrez, si vous le souhaitez, verifier tout ceci sur le site http://www.unpi.org/docunpi/otf2013/31.pdf

 

            Ainsi, alors que la moyenne des hausses du département est de 29% nous faisons beaucoup mieux avec 54% soit près du double !!!

 

                 Notre «cher» député, nouveau président de la Communauté de communes en charge des affaires financières depuis six ans osera-t-il contester ce chiffre ? J’en doute.

 

             Le contribuable que je suis n’oubliera pas le mauvais coup (coût ?) des dernières élections municipales où les intentions des élus ont été délibérément dissimulées au cours de la campagne. Dans mon esprit les choses sont simples : tout élu à la Communauté de communes doit être sévèrement sanctionné pour avoir participé au scandaleux mensonge de ses dirigeants. Lemasle le premier.

 

                Mon seul souci est de voir cet avis partagé par la majorité des contribuables renvoyant dans les cordes les élus sortant coupables d’un tel méfait. Honte à eux !

 

         Comme monsieur Lemasle devient, hélas en plus, «notre» président communautaire, j’aimerai qu’il m’explique clairement sa position en matière de cumul des mandats dont le Parti Socialiste qui lui a accordé  sa «rente de situation» nous a promis la fin.

 

                 Je rappelle en cas de besoin à monsieur Lemasle qu’il cumule les mandats suivants : député, conseiller général, président de la Communauté de communes, Conseiller municipal de Montesquieu … alors qu’il a été le suppléant de Lionel Jospin officiellement hostile au cumul des mandats !!! Cette multitude d’activités explique sans doute le mauvais classement de ce monsieur pour son activité de député (cf internet le classement de nos députés) . Ce n’est pas parce qu’il s’agite beaucoup devant les caméras lors des questions hebdomadaires au gouvernement qu’il peut camoufler l’indigence de ses interventions.

 

                  Comme quoi ce qui est vrai à Paris ne l’est pas chez les bouseux !

                     

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 17:55

 

Les lecteurs de mon blog  pourront constater qu’à aucun moment je ne me suis exprimé sur une quelconque «affaire» émaillant la vie politique. Je me suis toujours abstenu du moindre commentaire pour deux motifs : le respect de la présomption d’innocence et l’autorité de la chose jugée.


              Certes notre justice est souvent critiquée pour sa lenteur. Elle  avance à son rythme, d’abord pour éviter toute erreur judiciaire, mais aussi  au motif de multiples «subterfuges» retardant son action ou, pire encore, de son impossibilité de pouvoir juger des citoyens placés, pour un temps, au dessus de la Loi. Nos magistrats exercent un travail ingrat pour prendre le risque de faire, dans tout  jugement, au moins un insatisfait, mais, plus encore, de se voir parfois taxés de «justiciers».


Heureusement ils sont là, souvent courageusement, n’en déplaise à certains.


            Les médias n’échappent pas non plus à la critique, Médiapart à qui nous devons pourtant l’émergence de l’affaire Cahuzac n’a pas été épargnée, parfois même fort sottement par des confrères sans doute jaloux.


           En fait c’est la combinaison des investigations de ces deux acteurs qui nous a concocté un cocktail politiquement explosif.  De cette lamentable affaire Justice et Presse sortent renforcés, nous devons donc veiller jalousement à leur indépendance.


            Il y a peu j’écrivais sur mon blog un article intitulé «ne désespérez pas le Peuple de France» à la suite des élections italiennes ayant conduit à l’émergence d’un parti extrémiste. Cahuzac, en mentant comme il l’a fait, vient de porter un coup mortel à notre démocratie et jeter l’opprobre sur l’ensemble d’une classe politique à l’autorité déjà fort contestée.


           C’est de bonne guerre, les partis d’opposition crient au scandale, exigent un remaniement ministériel, en appellent à la dissolution du Parlement. Hollande, même au plus bas dans les sondages a raison quand il refuse ce remaniement. Les ministres trahis par un des leurs n’ont pas à faire les frais d’une sanction générale. Quant à une dissolution de l’Assemblée elle n’est ni justifiée, ni envisageable et encore moins souhaitable dans un contexte aussi particulier.


           Si je m’exprime aujourd’hui c’est certes en qualité de citoyen mais aussi au nom de mon éthique professionnelle d’ancien cadre du ministère des finances. Comme citoyen je suis outré par ce mensonge d’Etat, l’ancien fonctionnaire chargé du recouvrement de l’impôt est révulsé, scandalisé, horrifié.


Monsieur CAHUZAC est un homme indigne :


1.      Indigne pour avoir avoué son mensonge sous la pression de son avocat,

2.      Indigne en réagissant comme un gamin en demandant pardon,

3.      Indigne de toutes ses fonctions publiques pour avoir triché fiscalement, pour avoir joué contre son pays,

4.      Indigne de la confiance renouvelée des électeurs socialistes,

5.      Indigne de la solidarité gouvernementale dont il a su profiter,

6.      Indigne d’avoir pu s’exprimer au nom du ministère des finances,

7.      Indigne de ses discours sur le partage des sacrifices,

8.      Indigne d’avoir pu un jour se faire un nom en politique,

9.      Indigne de siéger au Parlement à qui il a honteusement menti,

10.  Indigne pour avoir signé la charte de bonne conduite exigée de chaque ministre,

11.  Indigne d’avoir fait une fausse déclaration de patrimoine,

12.  Indigne, indigne, indigne …


              Le coup est dur, très dur, la seule chance pour notre pays est de ne pas vivre une période électorale ouvrant la voie à tous les excès, toutes les tentations, tous les voyages sans retour.


            Non nos élus ne sont pas tous pourris, leur seul défaut est de trop aimer le pouvoir, de s’y accrocher en mentant au besoin.


           Pauvre France chahutée par un ministre, sinistre menteur, cupide et malhonnête  dont le comportement met à mal la notion de solidarité dont nous avons tant besoin en ces temps difficiles.


            Cahuzac ne peut, comme il le laisse entendre, revenir à l’Assemblée même si la loi lui permet de le faire. Même si derrière cette affaire se cachent d’autres horreurs il aura commis l’affront ultime, celui de mentir devant la représentation nationale.


            Il doit dégager de l’horizon politique, être jugé sans complaisance, embastillé et rester dans l’histoire de notre pays comme un fossoyeur de la démocratie. Ce n’est pas un petit voleur de poules, ce n’est pas la maman condamnée pour avoir «chapardé» la nourriture de ses enfants faute de ne pouvoir les nourrir. Non, cet individu qui est mis en examen pour «blanchiment de fraude fiscale» est l’ancien patron des services fiscaux, celui qui pérorait à la télé en demandant aux français de faire des sacrifices pour le bien du pays.

           Il doit payer au prix fort ce mensonge honteux, dégradant et humiliant pour la France.


           Mélenchon peut se régaler, Cahuzac son adversaire télé d’un soir lui a servi une soupe bien grasse …

 

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Créé par Gérard Facon
  • : La vie municipale et nationale examinée par un citoyen Lafittois.
  • Contact

Profil

  • Gérard Facon
  •  Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor.
 Trésorier Principal du Trésor Public  honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.
  • Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor. Trésorier Principal du Trésor Public honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.

Catégories

Liens