Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 19:42

 

                    Dans mon article précédent j’ai dénoncé le caractère arbitraire de la répartition de sa réserve parlementaire par le député de la 7° circonscription. L’objectivité m’a conduit à vérifier si cette anomalie n’était pas accidentelle. Je suis donc retourné sur le site de l’Assemblée.

 

                    Vérification faite, notre député est bien un coutumier du clientélisme local, arrosant, à coups de subventions financées par nos impôts, son électorat. Les chiffres de la dotation 2013 confirment les observations de l’article précédent qui visaient l’année 2014.

 

                  Je vous les livre tels qu’ils figurent sur le site de l’Assemblée nationale :


                         Utilisation de la réserve parlementaire 2013

 

 

                

                Entre commune et associations, Montesquieu a donc trusté 78% de la dotation de 2013, soit une « excellente moyenne » de 80% l’an. Aucun élu  de sa circonscription n’a rien dit, probablement par souci de ne pas bousculer l’ordre établi, sans doute dans l’espoir secret de pouvoir bénéficier un jour, peut être, des bienveillantes largesses du député.

 

                  Pour l’année 2012, première année de la diffusion des sommes allouées, il est fort difficile de se retrouver dans les chiffres publiés. Notons quand même que la commune de Montesquieu bénéficiait déjà de ses largesses. En 2012 monsieur Lemasle a subventionné à 50% et à hauteur de 78 000 euros ce qui constitue un record, la réhabilitation d’un bâtiment situé 1 rue Janet à Montesquieu Volvestre. 

 

                  Au cours de ses mandats, dans l’opacité la plus totale, sur la base des chiffres publiés, monsieur Lemasle (élu sans interruption depuis 20 ans), aurait ainsi pu attribuer près de 2 millions d’euros à sa commune, soit près de six années d’impôts locaux pour la commune de Lafitte Vigordane !!!

 

               Soyons donc heureux et fiers. Grâce à nos efforts les contribuables de Montesquieu ont pu être épargnés par les sinistres de 2010 et 2011, et élire ainsi, dans l’allégresse, monsieur Lemasle à la tête de la municipalité. Qu’il fait «bon vivre» à Montesquieu !

 

                Mais n’oublions jamais que tout ceci n’aurait jamais pu exister si nos élus avaient fait preuve de curiosité et  non de subordination. Ils étaient mieux placés que moi pour s’informer, siégeant régulièrement aux côtés de ce député.

 

                 Je n’ai cessé de crier à la trahison quand nos élus nous on fait subir, sans vaciller, les conséquences fiscales d’une gestion calamiteuse de la Communauté de communes ayant conduit au matraquage fiscal que nous avons subi.

 

                 Pourquoi  monsieur Lemasle alors en charge des finances de la Communauté de communes n’a t-il pas volé à notre secours ? Sait il que lors de sa création cette réserve était précisément destinée aux communes en difficultés financières ?

 

                  Lors de son arrivée au pouvoir en juin 2012, la nouvelle majorité socialiste s'est interrogée sur le fonctionnement opaque de la réserve parlementaire, qui ne repose sur aucun texte légal et pour laquelle l'Assemblée ne garde aucune archive. "Plusieurs députés étaient favorables à sa suppression pure et simple", explique René Dosière, qui estime que "ces modes de financement discrétionnaires doivent cesser »

 

                  Maintenir une telle pratique est consternant, révoltant, et démontre une fois de plus, comme je n’ai jamais cessé de l’affirmer, que nous vivons trop souvent dans une République bananière. Faut t-il donner quelques exemples récents ?

 

                        - suspicion d’achat de voix (affaire Dassault)

                        - mensonge public devant la représentation nationale d’un ministre des finances titulaire de comptes secrets à l’étranger (Cahuzac),

                        - « phobie administrative sans limites » d’un ministre le conduisant à ne pas faire de déclaration fiscale et à refuser de payer ses factures (Thévenoud),

                        - achat avec les indemnités de frais de permanences parlementaires destinées à intégrer le patrimoine propre du député. En plein scandale sur le patrimoine des élus , avouez que ça laisse songeur, perplexe, voire les deux,

                        - surfacturation des factures d’un parti (UMP Bygmalion)

                        - levées d’indemnités parlementaires pour fraude fiscale (Balkany)

                       etc.

 

                 Impossible pour un citoyen honnête de supporter de tels écarts de conduite. Le français qui dispose de revenus bien inférieurs à cette «aristocratie politique» ne peut plus supporter ces comportements d’un autre siècle. Maintenant, grâce à internet, l’information circule, tout finit par se savoir. Où est le «fameux sens du sacrifice»  de nos élus qui «se votent, au nom de la Nation» des indemnités outrancières non soumises à l’impôt, qui s’attribuent un régime de retraite enviable, qui voyagent à nos frais, et qui brillent par leur absence dans l’hémicycle, sans parler de tout ce que l’on ignore encore …

 

                Aux électeurs de juger et de sanctionner une structure politique endogamique et une aristocratie politique générées par le cumul des mandats.

 

               Monsieur Lemasle en est l’illustration en cumulant, après avoir été obligé de renoncer à son mandat de conseiller général :

 

                      -       le mandat  de maire de Montesquieu Volvestre,

                      -       le mandat de président de la Communauté de communes,

                      -       le mandat de député,

                      -       sans parler évidemment de tous les autres mandats connexes à ces activités ….

 

                Le socialiste qu’il affirme être aura, à la fin de son mandat, siégé 20 années ininterrompues au Parlement. Mais il y pire encore, Fabius ou Emmanuelli eux aussi PS qui siègent depuis 1978 ce qui leur fera 37 ans «de bons et loyaux services»

 

              Et que dire encore de l’inflation de nos parlementaires ? Comment l’expliquer? La France, cinq fois moins peuplée, compte plus de députés que les États-Unis: 577 depuis, contre 435 outre-Atlantique. Et ce chiffre s'accroît encore quand on sait qu'à chaque législature, plusieurs dizaines de suppléants siègent, notamment ceux des députés appelés au gouvernement. Au contraire, sur les quinze membres du cabinet de Barack Obama, aucun ne siégeait à la Chambre des représentants au moment de sa nomination.

 

                      Et après tout ça nos élus viendront s’étonner du niveau de l’abstention, de l’arrivée en force du FN ? Hypocrites qu’ils sont  ils continueront de parader devant les médias expliquant que «sans eux ça pourrait encore aller plus mal »

        

                 Faut-il rappelé à nos parlementaires que le sociologue Louis Chauvel affirme que l’âge moyen du représentant politique ou syndical est passé de 45 ans en 1982 à 59 ans en 2000 soit une hausse de 14 ans alors que l’âge moyen de la population n’augmentait, lui, que de 2,7 ans.

 

               Mélenchon à raison «Qu’ils s’en aillent tous» place aux jeunes qui, eux, ne sont pas responsables du déclin de notre pays.

 

               Mais, ne rêvons pas, les caciques de tous les partis veilleront à la survie de pachydermes cacochymes qui portent, eux, et eux seuls , la responsabilité de tous les fléaux qui martyrisent le peuple : décadence économique, chômage, pouvoir d’achat, communautarisme …

 

              Bonjour la démocratie à l’ancienne !

 


Bénéficiaire

Montant

En % total

Communauté de communes

10 000

    7 %

Commune de MONTESQUIEU-VOLVESTRE 

90 000

    70 %

Commune de SAINT-SULPICE-SUR-LEZE

15 000

   12 %

Cultures en Volvestre

5 000

    4 %

Le Théâre s’envole

5 000

    4 %

Tout Art collectif

5 000

    4 %

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Facon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Créé par Gérard Facon
  • : La vie municipale et nationale examinée par un citoyen Lafittois.
  • Contact

Profil

  • Gérard Facon
  •  Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor.
 Trésorier Principal du Trésor Public  honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.
  • Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor. Trésorier Principal du Trésor Public honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.

Catégories

Liens