Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 15:17

     Les élections municipales approchent, le scrutin sera placé sous le signe de la représentation proportionnelle et introduira de fait, dans notre conseil municipal, une opposition à l’image des grandes villes. Situation tout à fait nouvelle pour les Lafittois habitués à un Conseil monocolore et un management dictatorial.

        La démocratie va s’en trouver renforcée et c’est tant mieux si ce changement se fait pour le plus grand profit de l'efficacité et n’institue pas au sein du conseil le risque d’un « joyeux foutoir »

            Une liste s’est ouvertement déclarée, une seconde serait sur le point de le faire et, selon la rumeur, une troisième serait en voie de constitution…

         Tout ceci fait beaucoup pour un village de 1000 habitants où il faut identifier et motiver pas moins de 45 personnes !!! Peut être était il déjà difficile d'en trouver 15? Cette simple constatation impose une sérieuse réflexion sur les enjeux de notre choix le jour du vote.

          Le fonctionnement de notre futur conseil municipal va se trouver profondément bouleversé. Finies les interminables séances d’autosatisfaction durant lesquelles, sans crainte d’être contredit,  le Maire commente librement tel ou tel dossier ou en escamote volontiers un beaucoup plus sensible. Les quelques conseillers municipaux d’opposition auront sans doute à cœur d’animer ces assemblées jusqu’ici bien ennuyeuses… C’est probablement le souhait des Lafittois.

Mais pour qui prépare une candidature aux prochaines municipales, avec l’ambition de conduire ensuite pendant six années l’action de la collectivité, la cohésion de l’équipe à constituer doit être une préoccupation d’importance. Il n’est plus question de juxtaposer des personnalités locales, sollicitées non en fonction de leurs compétences, mais le plus souvent sur leurs capacités à rassembler des électeurs sur leur nom. La complexité de la vie locale et la rareté des ressources publiques ne permettront plus de gouverner «pépère» comme dans le passé.

L’exemple des mandatures qui viennent de s’écouler montre qu’elles ont été minées par des conflits internes aussitôt oubliée l’euphorie de la réussite à l’élection. Les conséquences n’en ont pas toujours été très visibles en raison du caractère monocolore du conseil municipal, à l’exception  peut-être de quelques démissions ou menaces de démissions. En 2007 près de la moitié des élus n’assistaient jamais aux réunions !

Mais si, demain, cette situation devait se reproduire en présence d’une opposition pressée d’en découdre, capable, et c’est là son rôle, de porter le fer là où il blesse le plus efficacement, l’action de l’équipe nouvellement élue s’en trouverait d’emblée bien compromise.

Ce n’est donc pas un assemblage d’individualités rassemblées par des intérêts parfois divergents qu’il faut chercher à construire,  mais bien plutôt une équipe soudée autour d’une ambition commune pour notre village. Une équipe au sein de laquelle les anciens conflits s’effacent dans le creuset d’une volonté partagée.

Une équipe qui ne se décrète pas. Une équipe qui se construit en élaborant ce ciment indispensable à la cohésion de l’ensemble du conseil municipal à venir : un vrai programme pour la cité.

Ce ne pourra être un inventaire disparate de propositions à la Prévert, sorte de fourre-tout électoraliste dans lequel chacun se reconnaît sans se sentir obligé d’y souscrire. Il doit s’agir d’un vrai projet collectif, dont les actions seront hiérarchisées les unes par rapport aux autres, inscrites dans un calendrier et pour lesquelles l’affectation des moyens disponibles sera esquissée.  Et qui devra, évidemment, être en résonance avec celui qui devra être élaboré sur le territoire plus vaste de la communauté de communes.

Considérée de cette manière, la constitution d’une telle équipe, convaincue de la pertinence des solutions qu’elle propose, est un processus lent, plus exigeant que celui qui consiste à coucher une liste de noms sur un bout de papier où, pire encore, d’associer carpe et lapin dans le seul souci de prendre le pouvoir, de nuire à un adversaire ou, pire encore, de satisfaire de vieilles rancunes.

   Cela prend du temps, et représente beaucoup de travail. Mais, n’en déplaise aux Cassandres, tout cela est loin d’être inutile. Le moment venu, le futur conseil sera alors d’une solidité sans faille dans la conduite des affaires de la commune, y compris par gros temps. 

 

   C’est donc bien la cohésion et la compétence d’une équipe qui doivent guider notre vote, rien d’autre !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans Commune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Créé par Gérard Facon
  • : La vie municipale et nationale examinée par un citoyen Lafittois.
  • Contact

Profil

  • Gérard Facon
  •  Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor.
 Trésorier Principal du Trésor Public  honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.
  • Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor. Trésorier Principal du Trésor Public honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.

Catégories

Liens