Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 19:41

                 La communauté de communes du Volvestre à laquelle nous appartenons concentre tous les enjeux financiers de la prochaine élection municipale. Elle ne cesse de développer ses compétences dans tous les domaines. Au moment de choisir nos élus il convient de faire un constat objectif, donc chiffré, de la dernière mandature. .

 

                  Ce phénomène d’annexion ne va aller qu’en s’amplifiant, l’Etat ayant décidé de s’attaquer aux «mille feuilles» en concentrant les missions d’utilité publique sur les EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale)

 

                  La loi est précise. Le législateur, conscient de cette modification radicale des comportements locaux a intégré, depuis longtemps, dans le Code Général des Collectivités Territoriales (Article L. 5211-39) véritable bible des droits et obligations des communes, une disposition prévoyant une correcte information des conseillers municipaux et donc des citoyens. Cet article stipule expressément : «Le président d’un Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) est tenu d’adresser chaque année au maire de chaque commune membre un rapport retraçant l’activité de l’établissement assorti du compte administratif, rapport qui est présenté par le maire au conseil municipal en séance publique, les délégués de la commune étant entendus à cette occasion»  

          

                  Mon enquête terminée, je suis en mesure d’affirmer que cette disposition n’a jamais été respectée dans notre commune. Monsieur Gouazé vice-président de la Communauté, destinataire des rapports qui m’ont servi de base de calcul a donc méconnu sciemment, pendant tout son mandat, cette disposition réglementaire. Si cette obligation avait été respectée le Conseil municipal aurait certainement eu à débattre sur le vote de nos représentants dans la création de la taxe sur les ordures ménagères. Perversion du système ? Petites causes grands effets …  La Démocratie bafouée nous en avons hélas l’habitude !


                      Vous allez vite comprendre pourquoi l’omerta est devenue la nouvelle loi. En quelques chiffres tirés des documents réalisés par la Communauté de communes elle même donc incontestables.


               Ces chiffres sont ceux du résultat consolidé de toutes les activités communautaires (ordures ménagères, crèches, Activestre ....)      

                           Dépenses fonctionnement 2012                 7,3  millions d’euros

                          Dont salaires, indemnités          3,5  millions  d’euros

 

                Le nombre de salariés est ainsi passé de 26 en 2001 à 34 en 2005 pour atteindre un effectif de 104 personnes en 2012.  Source : rapport d’activités 2012 page 9

 

                  Entre 2005 et 2009 les recettes ont augmenté de 67% alors que sur la même période les dépenses ont progressé de 136 % soit plus du double.  L’augmentation de la dette n’a jamais cessé, la collectivité, à l’image de l’Etat, dépensant trop chaque année. Après s’être améliorée en 2011, l’épargne brute (qui finance le remboursement de la dette, les amortissements, les travaux, les grosses réparations a de nouveau baissé de plus de 10% en 2012 reprenant une mauvaise tendance qui me laisse redouter un nouveau tour de vis fiscal dès les élections passées. Souvenons-nous de la période 2008/2009 … 

 

                  Entre 2008 et 2012 les augmentations fiscales ont été les suivantes :

                  Taxe foncière      +   156 %

          Taxe d’habitation        + 120 % chiffre auquel s’ajoute, pour les locataires le remboursement au propriétaire de la TEOM…

                 

                  Quel salarié, quel retraité a enregistré une hausse semblable de ses revenus entre 2008 et 2012 ? Pourquoi la défense du pouvoir d’achat soi-disant si chère à nos élus a t-elle été mise à mal dans de telles proportions ?

 

                  Parce que, comme l’Etat, la Communauté de communes s’est lancée dans le cycle infernal de la dépense et la spirale de la dette. Les explications données sur la création de la TEOM sont un mensonge. Il fallait à nos élus le courage d’expliquer leurs choix politiques et non de nous raconter des sornettes …        

                         

                  Vous trouvez ici l’explication à la création de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères de 2008 et encore, les crèches ne faisaient que démarrer.

 

                  Si je relis les bulletins communautaires je ne trouve aucun aveu de cette gestion contestable, le bulletin municipal devait donc rétablir la vérité ce qui n’a pas été fait. Il est vrai que n’en parlant pas à ses conseillers Gouazé n’avait pas à s’embarrasser de ses électeurs …

 

                  En 2012 les dépenses de fonctionnement des crèches s’élevaient à 2 300 000 euros soit, à raison de 134 enfants accueillis dans les cinq crèches  un coût par enfant de 17 194 euros !!! Parents protégés par une tarification très avantageuse et retrait de la CAF confrontée elle aussi à la rigueur ont transférés ces nouvelles dépenses sur le contribuable.


                  Par comparaison ce chiffre représente plus de 50% du coût du ramassage et du traitement des ordures ménagères pour une population de plus de 20 000 habitants et quelques centaines d’entreprises… je pourrai être plus cruel encore en citant le chiffre de la dette de cette compétence qui coûte si cher et que je n’ai pas intégrée dans le coût per capita.


                  Certes il est politiquement flatteur de revendiquer le droit pour tous les enfants d’aller à la crèche à une condition, en avoir les moyens. Dans le cas contraire on fait marcher la «planche à billets» la pression fiscale en augmentation continue sans préoccupation de ses conséquences. Mais qui peut admettre que la garde d’un enfant puisse coûter à la collectivité plus qu’un salarié à son employeur ? Ceci  ne méritait t-il pas un vrai débat en Conseil municipal ? Qui a cherché à connaître le coût pour la commune de nos trois petits Lafittois ?


                  Le calcul aurait été facile à faire si la curiosité avait été de mise.


                  La dérive de la fiscalité communautaire aurait dû sauter aux yeux de nos conseillers.


                  En 2008 un Lafittois qui payait 100 euros d’impôts procurait :

                                   65 euros à la commune

                                   35 euros à la communauté

                   En 2012 toujours pour 100 euros payés le contribuable Lafittois procurait:

                                   51 euros à la commune

                                   49 à la communauté.


                   En 2013 le déficit s’est encore aggravé. Pourquoi un tel transfert ? Pourquoi exiger un tel effort de solidarité aux Lafittois qui, eux, se sont imposés une cure d’amaigrissement fiscal après quelques années difficiles ? Je ne dispose pas de tous les éléments pour calculer le coût des crèches pour notre commune mais le chiffre doit être aberrant. A ce prix je pense que nous pourrions offrir à nos trois petits Lafittois une nanny suédoise …


           Les Communautés de communes censées fédérer les moyens pour limiter les dépenses ont fait rigoureusement le contraire. La faute à qui ? Mais surtout où étaient les élus chargés de défendre nos intérêts en s’opposant à des projets mal calibrés ? Le paradoxe est encore plus violent puisque c’est un député de gauche qui gère les finances de la communauté, un député qui n’hésite pas dans l’hémicycle à donner de la voix contre la hausse des impôts quand ça l’arrange… comme son interventions lors de la séance de l’Assemblée le du 15 novembre 2010. Mais, c’est vrai, à l’époque ses amis n’étaient pas en situation de responsabilité, nous vivions en Sarkozie …

 

                  Je n’ai pas voulu assommer les lecteurs en citant d’autres chiffres tels que le coût de compétences douteuses voire carrément inutiles…


                  Depuis 6 ans je dénonce «cette aventure» inouïe.


                  Qu’on ne vienne pas, par simple abus de langage me qualifier d’adversaire aveugle et systématique de notre maire. J’ai des raisons de ne plus rien lui laisser passer, l’élection de 2008 me laisse le très mauvais souvenir d’une campagne de mensonge. Je mettrai donc tout en œuvre pour que les élections 2014 se fassent dans la clarté, que chaque candidat mette tout sur la table.


                  Pour éviter tout nouveau désastre et tenter de préparer l’avenir je poserai ainsi deux questions à nos deux candidats :

 

 

                              Pensez-vous strictement limiter les hausses fiscales des années à venir au rythme de l’augmentation des revenus ? Etes-vous prêts à faire des arbitrages douloureux incontournables dans les dépenses ou les recettes ?

 

                    Avez-vous envisagé, même si c’est compliqué,  une migration vers la communauté du Fousseret chef-lieu de notre canton ? Avez-vous fait le calcul avantages/inconvénients ? Moi oui.


                     Voilà ce que les Lafittois doivent obtenir comme réponse, et non, comme d’habitude, devoir se contenter de promesses insipides ou intenables.


                    Le choix de nos délégués est capital, ils doivent avoir trois qualités :

 

                            être convaincus de leur mission,

                            être capables de déceler le «mouton à cinq pattes ou le cercueil à deux places» dans les projets qu’ils sont amenés à voter. En un mot être curieux, travailleurs et  compétents.


                        Et surtout ils vont devoir être totalement indépendants et courageux pour ne jamais renoncer à leurs convictions.


                         Lafittoises, Lafittois, si vous ne devez retenir une seule chose de tout ceci  ce doit être celle-ci : sur 81 délégués votants un seul s’est abstenu sur la création de la scandaleuses taxe d’enlèvement des ordures ménagères.


                        Etait il le seul à penser de la sorte ? Je n’ose l’imaginer, alors je me pose une fois de plus la question de comprendre pourquoi les décisions sont toujours votées à la majorité absolue. J’ai ma petite idée, c’est bien ce qui fait de moi un emmerdeur comme l’avait publiquement déclaré François Gouazé lors d’une réunion à la mairie (cf projet silos)  Qu’il se rassure, venant de sa part je ne suis pas senti concerné.

 

                        Ne vous laissez pas berner par la traditionnelle pause fiscale d’avant élections, souvenez-vous de 2008. J’ai tenté dans cet article qui justifiait un plus long développement encore … de vous faire découvrir un des enjeux majeurs de la campagne électorale. Rappelez-vous, je ne demande rien, je n’ai donc aucune raison de vous mentir …

 

                         Pour conclure je citerai le Tigre Clémenceau qui déclarait dans un de ses discours musclés : «On ne ment jamais tant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse»

 

                        Si vous vous réincarnez monsieur Clémenceau, je vous en supplie, venez vite nous tenir ce type de discours en Volvestre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans Commune
commenter cet article

commentaires

jp echavidre 04/02/2014 22:55

je confirme que Montesquieu-Volvestre n'a jamais appliqué la loi concernant la présentation des comptes de la Communauté de Communes en conseil Municipal. Qui oserait d'ailleurs présenter des
comptes comme cela !.. cette instance est administrée (et pas gérée) par des incompétents qui réalisent une partie de leurs fantasme en allant chercher le financement dans la poche des contribuable
qui, de toute façon n'y comprennent pas grand chose. Mais cela est en train de changer car trop c'est trop. Quand on augmente sans cesse les impôts en diminuant les services il y a tout de même des
gens qui se posent des questions !..

Gilles de COURS 04/02/2014 21:55

Mon cher Gérard, même si nous savons tous que tu es un emmerdeur né (excuse-moi...) mais avec toute l'affection que j'ai pour toi, je dois te dire que ton papier est cette fois absolument
excellent.

Il est non seulement très bien tourné mais surtout, il résume très bien ce qui se passe malheureusement réellement dans nos communautés de communes respectives.

Comme je te l'ai déjà dit, je pense qu'un FORUM internet public et démocratique permettrait à chaque électeur qui le souhaiterait de pouvoir s'exprimer et à nos élus, de pouvoir répondre. Mais le
feraient-ils ??

À une époque où l'on nous bassine avec la communication, je regrette qu'elle soit si peu présente sur un plan local. Certes, chez nous, à la campagne, nous n'avons pas à ma connaissance d'histoire
de scooter et de maîtresse à relater pour rigoler au coin de la cheminée mais quand même... il y aurait des choses beaucoup plus intéressantes à connaître. Or, même pendant les périodes électorales
locales, on a l'impression que personne n'est vraiment concerné. Pauvre France. J'en connais qui se sont battus pour elle et qui doivent se retourner dans leur tombe en assistant à ce spectacle
pitoyable.

Quand les gens vont-ils s’exprimer et demander des comptes à leurs élus ??

Présentation

  • : Créé par Gérard Facon
  • : La vie municipale et nationale examinée par un citoyen Lafittois.
  • Contact

Profil

  • Gérard Facon
  •  Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor.
 Trésorier Principal du Trésor Public  honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.
  • Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor. Trésorier Principal du Trésor Public honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.

Catégories

Liens