Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 19:27

           Déjà, dans sa République (politéa), Platon propose, dans un premier lieu, les bases de l’Etat possible, de l’Etat excellent et de l’Etat idéal – fondé sur les quatre vertus cardinales de sagesse, courage, tempérance et justice – dans lequel la propriété est abolie.
Cet Etat deviendra possible lorsque les philosophes seront au pouvoir ou lorsque les gouvernants deviendront des " philosophes ", c’est à dire des hommes qui " aiment " et " désirent la sagesse ".

 

            En fait, selon lui, «on ne peut pas tuer l’utopie» sans laisser place à la désespérance démocratique.


            L’Etat c’est Dieu, le Roi, celui qui peut tout et même, aujourd’hui, se transformer, au besoin,  en SAMU social. Là hélas nous ne sommes déjà plus dans la désespérance ou l’utopie mais dans l’illusionnisme suicidaire.


            Dans cette crise sans précédent HOLLANDE vérifie qu’une promesse devient, pour l’électeur, un programme non négociable de législature. Les français ne lui pardonnent pas son réalisme, son renoncement à certains engagements de campagne. L’interdiction des licenciements boursiers en constitue un exemple au moment où se multiplient les licenciements, les 20 milliards de cadeaux aux entreprises. Que penser de Sanofi qui affiche un résultat de 9 milliards d’euros et qui dépose un plan social ?


            Démonstration est faite qu’un engagement de campagne ne vaut pas programme, qu’on en juge. Hollande s’était engagé à ne « jamais toucher » à la TVA, il l’a fait, il devait refuser de signer le Traité européen, il l’a signé. Même si elle n’apparaît pas encore comme telle pour les français sa «pire» reculade aura été la réforme bancaire annoncée mais limitée au strict minimum. Quant à la grande transition énergétique et à la fin programmée du nucléaire si chère à ses alliés verts elle se limitera à la fermeture de notre plus vieille centrale…


            A l’inverse, Sarkozy qui n’a pas tenu ses engagements de campagne a réformé le système des retraites ce qui n’avait pas été prévu dans son programme. Où est l’erreur ?


            Hollande fait comme Sarko, il place ses amis de la promotion Voltaire aux postes de commande se recommandant néanmoins d’une présidence normale.


            En fait la réalité est plus simple, dans le tourbillon de la mondialisation la France ne possède pas les clés de son destin.


            A la temporalité de son mandat présidentiel Hollande se heurte aux contraintes extérieures européennes ou mondiale.


            Ce qui manque à la France c’est un cap réaliste, une réponse consensuelle à une seule question : quelle société voulons-nous construire ?


            Pour l’instant ni la gauche ni la droite ne répondent à cette question ce qui ne manque pas de poser la question qui fâche : nos politiques sont ils capables de gouverner notre pays ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Facon - dans politique
commenter cet article

commentaires

Michel J. Cuny 18/04/2013 13:35

Bonjour,
Promotion Voltaire de l’ENA, certes…
Mais Voltaire lui-même, qui était-il ?
Je vous invite à partager ma surprise, en consultant, si vous le voulez bien :
http://voltairecriminel.canalblog.com
Très cordialement,
Michel J. Cuny

Colbert 10/02/2013 13:30

La crise est soi disant derrière, mais les dirigeants du Crédit Agricole ne sont quand même pas tranquilles, même s'ils savent que Hollande prendra l'argent des Français pour le mettre dans le
bilan de cette banque aussi pourrie que la Lehman Brothers, regardez bien: Le Crédit Agricole a averti les actionnaires que ses pertes seront "historiques" pour cause de "dépréciation"
volontaire... Oui, je sais, en plus ils font de l'humour... Cela fait 5 ans que le Crédit Agricole fait dans la "dépréciation" d'actifs, mais viendra un moment où elle ne pourra plus déprécier
grand chose, et sera obligée de se déclarer en faillite... Idem pour la Société Générale, la banque la plus atteinte par la crise de 2008 et qui essaie de faire semblant de bien se porter.


Le Crédit Agricole a annoncé une NOUVELLE dépréciation volontaire, traduisez par "pertes reconnues", de 3,8 milliards d'euros pour 2012 soit 190.000 Renault Laguna neuves à 20.000 euros pièce
qu'elle aurait pu donner à de clients nouveaux pour ouvrir un compte!!!! En 2011, grâce aux banques grecques, elle avait déjà perdu 2,5 milliards d'euros... Ca fait combien en Scenics ça??? Ou en
sangliers?
Et il lui reste encore environ 14 milliards d'actifs qu'il lui faudra déprécier cette année, ha ha ha. Ils nous prennent vraiment pour des crétins.

Gérard Facon 10/02/2013 17:13



                L’action Crédit Agricole a perdu plus de 60% depuis son
introduction en bourse. Ainsi, un actionnaire qui aura investi  16.60 euros en 2001 ne retrouvera que 7,35 euros aujourd’hui !!!  Le crédit agricole n’a pas échappé aux ravages de la boulimie bancaire. Certes, pour avoir disposé pendant de nombreuses années de monopoles (fonds des
notaires, prêtes bonifiés aux agriculteurs, exonération de taxes … par exemple) la banque s’était constituée  une réserve considérable qui lui a
permis de conduire une politique expansionniste très hasardeuse.


             La multiplication des guichets pour une politique de proximité a également coûtée
très cher et, du fait de son peu d’attractivité par son image « campagnarde » la banque n’a pas réussi à s’attacher les services des meilleurs. Je suis parfaitement d’accord avec vous,
il reste encore beaucoup d’actifs à déprécier.


             Compte tenu de son implantation en milieu rural et de l’ancienneté de la relation
entre les clients et cette banque, beaucoup de petits épargnants ont probablement été séduits par «leur» conseiller qui  leur  a refilé des actions aujourd’hui pourries. Les institutionnels qui ont souscrit au capital ont pris les bonnes décisions depuis longtemps alors que les petits
épargnants sont scotchés dans une vaine attente de remontée des cours …



jp echavidre 31/01/2013 23:17

Pour l'instant, la réponse à votre question est bien évidemment NOn. les politiques de tous bords ne sont pas capables de diriger notre pays. Cela a été un choc pour la droite congédiée pour avoir
en partie échouée. ce sera un choc encore plus brutal pour la gauche qui avait éveillé de grands espoirs. Mais il reste encore quatre ans pour se ressaisir et comprendre enfin la réalité du monde
dans lequel nous vivons que cela nous plaise ou non...

J.P.E

Gérard Facon 02/02/2013 18:40



           


La récente sortie de SAPIN sur la faillite de l’Etat n’est pas innocente, l’homme est trop intelligent et proche de Hollande pour avoir pris le risque de se faire remettre à sa place… Il s’agit
d’un nouveau signal adressé aux français sur la gravité de la situation les préparant à de nouveaux sacrifices. Un récent sondage indique que 70% des français sont conscients de la catastrophe
financière mais moins de 30% sont prêts à l’effort.


                Encore un peu de pédagogie messieurs les ministres !



Présentation

  • : Créé par Gérard Facon
  • : La vie municipale et nationale examinée par un citoyen Lafittois.
  • Contact

Profil

  • Gérard Facon
  •  Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor.
 Trésorier Principal du Trésor Public  honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.
  • Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor. Trésorier Principal du Trésor Public honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.

Catégories

Liens