Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 19:14

                

               «Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l'avenir»  disait Alphonse Allais, je viens d’en faire l’expérience.


             Personne ne pourra me taxer d’être un affidé de l’équipe municipale en place, je l’ai suffisamment démontré par mes prises de position publiques,  mes doutes sur l’efficience de la gestion de notre village. Je dois aujourd’hui faire amende honorable, j’ai probablement eu tort de vouloir prévoir l’avenir. Je me suis trompé et c’est tant mieux ainsi, l’échec comme la réussite sont collectifs.


            Il circule sur le net des sites spécialisés qui tentent de cerner, pour chaque commune de France, sa situation financière en tentant de comparer ses résultats aux collectivités de même strate de population.


            Il existe également un site officiel, celui du Minefi (Ministère des Finances) qui publie ces chiffres en détail.


            Le problème c’est que ces sites publient les résultats avec retard, ce qui rend toute analyse problématique. Quelques Lafittois m’ont demandé de leur faire part de mon analyse sur la pertinence des publications des sites en question. Eu égard au besoin d’actualiser ces informations  je n’avais qu’une solution, consulter sur place les documents les plus récents. C’est ce que j’ai fait en rencontrant longuement, en mairie, l’adjoint en charge des finances.


            Ma visite ayant été programmée, tous les documents comptables étaient tenus à ma disposition, ils  m’ont été spontanément communiqués, y compris, ce à quoi je m’attendais le moins, le projet de budget 2013 qui doit être voté dans deux mois ce qui démontre le sérieux de sa préparation. 


            Ceux qui me connaissent savent qu’en ma qualité d’ancien Trésorier Principal du Trésor Public je suis, par définition, un spécialiste des finances publiques, conseiller reconnu des élus et donc apte à formuler un avis financier réputé fiable.   La technique comptable n’est pas simple, notamment lorsque la commune, confrontée à des investissements importants, se trouve contrainte de préfinancer des ressources externes (récupération de TVA, subventions) par des prêts relais qui peuvent, un temps, dénaturer les statistiques. Tel a été le cas de notre commune qui, préfinançant le groupe scolaire, a emprunté «temporairement» dans l’attente de la récupération de la TVA et de l’encaissement des subventions du Conseil Général. Les chiffres les plus récents qui apparaissent sur le Minefi doivent donc être corrigés du remboursement de ces prêts relais aujourd’hui soldés. Ainsi, le chiffre de la dette par habitant qui était de 1787 euros en 2010 est tombé à 1272 euros en 2012. Certes, ce chiffre reste nettement supérieur à la moyenne des communes de la même strate, mais il demeure néanmoins compatible avec nos capacités financières en raison d’une remarquable maîtrise des dépenses de fonctionnement courant. C’est à ce prix que nos finances demeureront saines, ce cap de sagesse doit être maintenu..

J’ai longtemps été inquiet sur le financement du groupe scolaire pour ignorer notamment que l’opération ayant été programmée de longue date, le Conseil municipal avait prévu, par des augmentations fiscales anticipées que j’avais dénoncées à l’époque, de se constituer une «cagnotte »     


             Le financement du groupe scolaire n’a en fait nécessité qu’un financement externe de 40%, chose rarissime pour une commune de notre taille.


            La commune a par ailleurs bénéficié de la réforme fiscale de 2011, ce qui lui permet, même après paiement de l’annuité de la dette du groupe scolaire, de maintenir un niveau d’autofinancement encore satisfaisant ce qui devrait lui permettre, en 2013 et les années suivantes, de ne pas envisager de ponction fiscale.


            L’investissement du groupe scolaire réalisé dans des conditions sécurisantes, la commune va néanmoins devoir continuer de conserver une parfaite maîtrise de ses dépenses courantes et limiter ses investissements d’avenir à des projets de moindre  envergure. Il ne sera pas possible de rééditer «l’exploit» du financement du groupe scolaire.


            A l’examen des documents budgétaires je suis rassuré, je sais aujourd’hui que le gel de nos impôts n’était pas factice et c’est tant mieux. J’ai également pu vérifier  que notre «Ministre communal des finances» était un homme prudent, compétent et pugnace.


            Pour l’avoir parfois mis en cause en doutant de la qualité de sa gestion je lui dois aujourd’hui cette vérité. L’honnêteté intellectuelle me l’impose.


            Inutile de noyer les Lafittois dans les chiffres, nos finances sont bien gérées et l’avenir parfaitement rassurant. J’en atteste publiquement. Quiconque en doute peut faire comme moi,  aller vérifier sur place mes constatations pour arriver, normalement, au même constat.


            La Communauté de communes pourrait judicieusement  s’inspirer des méthodes de nos élus. Demain, si j’avais dans le système une responsabilité quelconque,  je ne conduirais qu’un seul combat, faire prendre en charge par la Communauté de communes la compétence scolaire. Je ne ferais alors que «refourguer» à la Communauté de communes les charges de notre école, copiant en cela monsieur Hellé président de la Communauté qui, en imposant la compétence «petite enfance» nous a perfidement refilé la charge de sa crèche communale.


         Voilà peut être le combat à conduire lors du prochain mandat. A nous de bien choisir nos élus en 2014.


            Il fallait à mes yeux que tout cela soit dit, c’est fait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Facon
commenter cet article

commentaires

sergio leone 01/04/2013 12:19

la révolution amène la confusion

judd 30/03/2013 18:20

Il est difficile de croire que ces élus comprennent que leur mandat est lafitte ! Serait-il le moment de prévoir l’après 2014 ?

lafitte pour tous.....

Gérard Facon 31/03/2013 16:36



                Vous constaterez que je me suis contenté d’analyser les chiffres
présentés qui sont rassurants et c’est bien ainsi.  Je ne partage toujours pas les méthodes de gouvernance de notre maire qui refuse toute
communication, enfermé dans son bunker municipal. Pire encore, je ne cesse de déplorer notre soumission à la Communauté de communes qui nous a plumés. Elle n’a pu le faire qu’avec la complicité
ou la faiblesse de nos représentants. Il en est ainsi depuis sa création. Avant le fumeux scandale des crèches notre commune avait déjà fait les frais du transfert de compétence du pool routier
(entretien de la voirie). Je m’explique : alors que notre commune n’avait aucun emprunt à transférer à la Communauté, certaines, toujours les mêmes, se sont débarrassées de leurs emprunts en
cours en les transférant à la Communauté, nous avons donc une fois de plus payé pour les autres … Une fois de plus les petites communes qui avaient autofinancé leurs travaux ont subventionné les
plus gros … Là n’est pas ma vision de la solidarité.


                L’histoire allant dans le sens d’un renforcement des Communautés
de communes toute faiblesse de nos représentants nous sera fatale.


                Si vous vous posez la question de savoir s’il faut préparer
l’après 2014 c’est que vous n’avez pas la réponse,  et pourtant cette échéance va être capitale notamment avec la réforme du scrutin et le fléchage
des délégués à la Communauté de communes.


                Si vous entendez conduire le combat je vous y encourage, la
démocratie locale ne pourra qu’y gagner si le débat est clair, constructif. Je n’y participerai pas mais je ferai mon choix pour un engagement clair : la fin de la dictature intercommunale,
l’abandon d’une politique à la Gribouille, l’avènement d’une gestion transparente et non partisane.


                Pour conduire ce combat il va vous falloir du courage, à
commencer par celui de signer sous votre nom vos interventions. Ma BAL déborde de correspondants anonymes prêts à renverser la table. Ce n’est pas non plus ainsi que je conçois la démocratie …



Paul 09/03/2013 18:51

Les loups doivent cacher leurs crocs.
Les carottes sont-elles cuites ?

Gérard Facon 31/03/2013 17:24



 


                    C'est du Vaudeville ou du Jean de la Fontaine ? J'ai hésité à mettre votre second message, toujours anonyme, à la poubelle mais me sentant directement mis en
cause je vais y répondre.


               Si ne pas être un mouton c'est se transformer en loup, alors vous
faites dans le manichéisme, vous concevez les choses selon des oppositions tranchées, binaires; elles sont totalement bonnes ou totalement mauvaises. En politique, avoir une vision manichéenne
c’est de voir en ses  adversaires des salauds et en ses amis des saints. Pas de place pour la mesure …


                    Une bulle célèbre du Pape Innocent III
illustre les excès d’un tel comportement qui institue une procédure de lutte contre les hérétiques. Les mouvements manichéens, qui croient en l’existence séparée du bien et du mal, de Dieu et du
Diable, tels les cathares, ont prospéré et représentent un risque pour l’unité sociale des pays. Cette bulle annonce l’envoi de religieux dans la région d’Albi et pose ainsi les bases de la
funeste période de l’inquisition…


                    Il est
vrai qu’Albi n’est pas très loin de Lafitte …



Paul 09/03/2013 10:39

Pour sauver son crédit, il faut cacher sa perte

Gérard Facon 09/03/2013 12:58


Quid svp ?


jp echavidre 14/02/2013 22:24

Bien content pour les lafittois qu'un élu compétent et sérieux soit en charge des finances communales et qu'il fasse passer les contingences politiques ou doctrinales après la rigueur du budget. Je
ne crois pas que dans nos communes il y ait de grosses erreurs de gestions car lorsque les élus doutent de leurs compétences ils font appel à des gens qui savent. Ce que je redoute et que je
constate ce sont les décisions prises avec une arrière pensée politique. Dans ce type de décision il y a par exemple et c'est la plus grosse erreur me semble-t-il la masse salariale de nos
collectivités rapportée au budget annuel. Et encore on ne sait pas tout !.. Dans ce cas là ni le Receveur qui gère la comptabilité courante ni le Sous Préfet qui controle les délibérations du
Conseil Municipal ne trouvent à redire.
Nous sommes à Montesquieu Volvestre dans la phase où nous devons construire une nouvelle école de 10 classes. Nos élus ont, eux aussi continé à augmenter les impots pour se constituer une cagnote
sur 6 ou 7 ans afin de financer une bonne partie de l'école sans emprunter. Je ne suis pas d'accord avec cette solution pour plusieurs raisons : d'abord parce qui auront payé l'école ne sont pas
ceux qui vont en profiter, ensuite parce qu'un tel investissement dois être financé sur 20 ans au moins afin qu'il soit réparti sur l'ensemble de la population actuelle et future. Enfin paceque
notre commune ayant un endettement par habitant pratiquement nul il était tout à fait possible compte tenu des taux extrêmement bas actuels d'emprunter une bonne partie du montant de la facture.
Mais voilà ils en ont décidé autrement pour des raisons obscures d'ailleurs et n'ont pas eu le courage de l'expliquer aux montesquiviens contribuables...
Quant à la Communauté de Communes ils ne gèrent pas ils font en permanence de la politique : voir la petite enfance pour ne citer qu'un seul exemple mais il y en a beaucoup d'autres.

J.P.E

Gérard Facon 18/02/2013 11:58



                Globalement d’accord avec votre commentaire auquel  j’apporte néanmoins quelques précisions. Sur les contrôles ne vous faites pas d’illusion, les services de l’Etat sont contraints de faire le minimum. Même
remarque pour les Chambre des Comptes qui ne s’intéressent qu’aux grandes villes et qui ont délégué leur compétences pour les communes les moins importantes aux TPG. En fait l’intervention de
l’Etat, sous une forme ou une autre n’intervient que quand l’incendie est détecté.


                              
La règle de sincérité des budgets qui exclut toute « cagnotte » pour éviter de mettre à la charge des habitants du moment des dépenses à venir alors qu’ils auront peut être quittés la
commune est difficile à éviter. En effet, il n’existe pas dans la M 14 plan comptable des communes de provisions pour charges à venir. Une commune qui entend autofinancer une partie de ses
investissements doit donc utiliser le subterfuge de l’insincérité …


                              
Pour le reste je suis en phase, ce sont souvent les charges de personnel qui pèsent le plus lourd et vous savez parfaitement come moi pourquoi …


                              
Si notre commune est bien gérée c’est essentiellement parce que les frais de fonctionnement sont parfaitement maîtrisés.



Présentation

  • : Créé par Gérard Facon
  • : La vie municipale et nationale examinée par un citoyen Lafittois.
  • Contact

Profil

  • Gérard Facon
  •  Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor.
 Trésorier Principal du Trésor Public  honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.
  • Formation économique, juridique, banque, comptabilité publique. Diplômé de l'Ecole Nationale du Trésor. Trésorier Principal du Trésor Public honoraire, Directeur d'études Caisse des dépôts,coopérant finances à l'étranger.

Catégories

Liens